un après mi hips di dans le 

BEAUJOLAIS

 
 
Ha les sagouins ,ils me tanent pour un CR de balade.
alors le voici, puisqu ils en veulent un long


Je commence par le debut , le tout... tout debut.
Voici,
Tout a commencé au paléolithique il y a voila , bien 3 millions d années. Les hommes a cette epoque n'etaient vêtus que de peaux de bete car il ne connaissaient pas encore la banane. Ils passaient leur temps a chasser, manger, dormir et ..X.(je ne rentre pas dans le detail mais gare au gorille) , je continue ! il y eu ensuite du coté de la mesopotamie des chariots qui furent munie de roues.
Des roues pleines, des roues en bois , et des roues petes. Quoiqu'il en soit personne ne connait comment et pourquoi cette invention fut créée (trois e dans un mot ça compte rien au scabble, mais ça a de la gueule) Puis vinrent les bikers (y eu deux trois trucs sans importance qui se deroulerent avant) qui grace a Louis Guillaume Perreaux qui le lendemain de noel 68 , 1800 bien sur , pas l epoque Ferré ! de toute façon on s en fout puisque l un se deroule en decembre et l autre en mai., purent rouler en HD (oui je fini mes phrases). Outre atlantique , non across the Atlantic puisque l 'on est d un point de vue bikers, les italiens entre deux pizza créerent le Griso. De ce fait en possedant un(e) moi même, j'avais penser a l utiliser pour une sortie automnale, alors que la saison décline, L'ombre grandit, l'azur décroît, Le vent fraîchit sur la colline, l'oiseau frissonne, l'herbe a froid. Je me decida donc a une sortie accompagné de ma moitié. Oui je partage tout avec ma moitié ! Losque je vois soudain dans le forum un individu, coiffé court chevauchant un destrié du même acabi fabriqué equalement entre deux pizza. Le rdv etait pris. Nous decolames vers les 11h20, 11h22. Pas etre en retard, prendre le temps de faire le plein, et surtout un truc hô combien important, ne pas faire attendre. Nous partons le coeur enjoué. Nous desanchantons vite car un epais brouillard nous assaille de tous cotés.
ci dessous le the Brouillard, , pas un burn qui se deroule au loin
De ce paysage sinistre ,  je m attends a voir surgir un vaisseau fantome a chaque virage. Je prends quelques photo pour avoir le fameux navire, en vain (on est dans le beaujolais). Nous repartons en direction des Ponts Tarrets. Passé Sainte foy l'argentiere, le fameux fog disparait comme par miracle laissant place a quelques rayons de soleil. Un petit plein du coté de l arbresles dans une station service d'une grande surface. Je rempli le reservoir et en vertu de la loi des vases communiquants, je m eloigne un peu. Mais c est quoi cette neige ?  Fait pourtant pas si froid (entre 6 et 9°) , je reprends donc une photo.
A oui , ok, ils ont vidé les étals a poiscaille pour le week. Nous rmontaons sur la bete , les narines encore toutes emoustillées par l odeur des moules et de la morue. Nous arrivons enfin au point P. Non pas le marchand de materiaux, le point P comme j'aurais dit l heure H , le temps T , le point G etc .
Point P
Nous nous deloquons, jusqu'a une certaine limite (casque et gants)  histoire de passer le temps.  ça y est notre contact arrive. Une furie dans un bruit de tonnere.Ils porte des bottes de moto, un blouson de cuir noir avec un aigle sur le dos. On dirait un vrai Monstro. Je m egare encore, juste une combar normal. Noire. Salut, toi ça va. Moi ça va et toi ça va moi ça va. Enchantés comme le manège. Bon tu roule comment. Moi cool et toi ? moi ça va..heu moi aussi. Je te suis , c 'est toi qui a tout prevu. ça y est les moteur vibrent et nous nous elançons a l assaut de l asphalte dans un vombrissement assourdissant, laissant derriere nous les arbres de la foret nue de tout feuillage. Toutes ces feuilles tourbillonnent derriere nous. Des automobiles sont obligées de s arreter. Fort heureusement pour elles nous bifurquons sur une voie secondaire. Je dirais meme tertiaire. Etroite, avec un ruban legerement delabré a certains endroit. ça et la des pierres issu d un ravinement quelconque, des nids de vaches, de poules, des feuilles humides etc etc...Mais Hum ho oui, c est beau. Nous traversons des forets, et des vignobles. A peine le temps de voir le clocher de Clochemerle qu il est deja derriere nous. Olivier, m invite a passer devant. Nous roulons a allure franche . Bon dans les virages a gauche la bequille du Guzz rape un peu. mais ça va , pas encore besoin de me garer le long des trottoir. Elle est encore assez longue pour maintenir la brele debout. De concert nous nous mettons d accord pour rouler jusqu au Echarmeaux
 
pour s arreter discuter un peu de vent . Non pas de vent. Pour discuter devant un verre. Faire connaissance ainsi qu'une pause. Nous reprenons la route (la j'abrege) sobre pour un retour au point de depart D. Je precise que d habitude je roule encore plus cool. La ballade etait vraiment sympa et je remercie encore pour avoir pris le temps de faire une reco. Toutes les bonnes choses ont une fin. Nous nous quittons là sur le trottoir face a la gare. Pret a extraire le mouchoir de notre poche. Moi je pars a droite et lui..heu je sais pas , j'ai pas eu le temps de le voir partir. Je l entend juste. Je prends la direction ste foy. A la hauteur de la charmante tuilerie, je me dis bizarre. Pas de temoin d essence allumé. J'ai 220 bornes depuis le dernier plein. Et comme on a pas chaumé , cela m etonne. Je continue sur de mon temoin de reserve. Ici ça grimpe raide en direction d Aveize.....teuf teuf teuf clic , ponk. Merdasse panne d essene ! pas de quoi rire , ça arrive aux japonnaise. (aux motos, pas aux dames), mais hô chance, c est5 bornes a redescendre en roue libre. Tout va bien, on arrive a l angle de la RN mais la pente est inversée et faut pousser. Je stoppe a l angle et  demande au bar où se trouve la station essence la plus proche. Ouf, 100 mètres à gauche .
On s en sort bien ! Voila le resumé de la sortie.  



 



 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement