LE RETOUR DU CAP NORD

 
 
Metz... y en a une qui connait bien pour avoir résidé pendant 3 ans à Montigny, commune périphérique.   Bien que ! il s'agissait d'une période où l'architecture n'était pas d'un intérêt prioritaire puisqu'aujourd'hui elle découvre des monuments pourtant majestueux et emblématiques  ...

Puisque nous sommes sur le trajet , ma belle , allons voir Nancy.

Y a pas le feu au lac, ce sera en prenant le temps sur les belles petites routes de Moselle . Tient, ce village me dit quelques chose ! On ne pouvait pas mieux tomber !

Nancy est une grande ville mais à force de trainasser, nous n'irons voir que la fameuse place Stanislas.
 


Ciel bleu, soleil de plomb. Le blouson et pantalon moto avec les doublures deviennent insuportables. Nous tombons tout le superflu chaud et étanche, ne conservant que la couche primaire avec les protections.
On respire un peu mieux, sachant que l'on rentre chez nous à Lyon et qu'il risque d'y faire encore plus chaud. Nous sommes en calsif et tee shirt en dessous. Le vent passe au travers les fibres et c'est bon. 
Nous approchons de l'echangeur de Beaune sous un soleil rayonnant.
Peu de temps après nous apercevons au loin devant nous le ciel qui s'assombrit.
Oups, va t on passer a coté ? bof, une averse n'a jamais empeché de rouler.
Nous continuons. Le vent se leve doucement puis devient de plus en plus fort , jusqu'a souffler en fortes rafales. Ha ça devient moins drole. La temperature chute d'un coup et des gouttes commencent à tomber. En quelques seconde cela devient diluvien. Les vetements s'imbibent immédiatement et je crois que c est la premiere fois que j'ai froid en moto. Sans toute a cause de l'effet de  instantané de chute de la temperature. Les rafales de vents me font dévier à chaque coup de boutoir et je ne suis pas tout seul il y a pas mal de camions. Je suis obligé de ralentir pour diminuer l'amplitude de mes zig zag. On commence a voir des feuilles et des petites branches d'arbre joncher la chaussées qui a du mal aussi a absorbr l'eau qui commence à stagner en flaques géantes.  Ils en parlent ici > http://www.keraunos.org/actualites/fil-infos/2013/juin/orages-13-juin-degats-vent-beaujolais-rhone-cote-d-or.html
Cela devient dangereux et je décide de m'arreter au plus tôt. Ce fut fait dans une zone de travaux. La bande d'arret d'urgence est séparée du trafic par la voie de droite interdite à la circulation poru le chantier. Elle est délimitée  depuis quelques kilomètres par des cones de Lubeck qui finissent à quelques pas en glissieres amovibles en béton.
Quand je pense qu l'on était sous le soleil au Cap Nord , et que l on se retrouve dans le "sud " de la France sous le vent, la pluie et le froid ! Nous ferons un saut de puce juqu'à la prochaine aire de repos sans abris (evidemment) puis rentrerons à la maison transi et tempé !
 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement