ETAPE HIVERNALE MOTO JOURNAL

2013

 
 

 

L'HIVERNALE MOTO JOURNAL

C"EST QUOI ?

Depuis plusieurs années moto journal organise une hivernale. Il s agit d'un parcours avec étapes qui zigzag à travers nos belles regions françaises. C'est à peu près ce que j'en sais pour en avoir lu quelques CR sur le dit journal et sur la toile.


LE DEROULEMENT 

Les motards, souvent lecteurs (quel motard n'a jamais lu M.J ? ( si quelqu'un l'affirme, je le traite de menteur ),  qui le désirent se joignent au groupe pour suivre son périple. Certains dès le départ, d'autres, comme moi, ne feront qu'une étape. C'est au choix. Nous sommes complêtement libre et sans engagement.
Si l'envie me venait dans le futur de faire l'hivernale entière, je choisirai de retrouver le groupe à chaque point de rencontre.

J'aime bien le style solitaire pour les trajets, conserver une totale liberté de mon rythme. Ici, je ne  ressens pas trop le trajet comme balade , mais comme liaison entre waypoints... Lors de virons, on flane, s'extasie sur le paysage, prends des photos, boit un coup, etc mais ici, il faut rejoindre l'objectif et la chronologie est serrée. Finalement les moments les plus importants sont les pauses où nous apprenons à nous connaitre. Ravi de te connaitre Guy avec ton Explorer, si tu passes dans le coin...
Les motojournaleux nous laissent libre arbitre pour manger avec eux ou pas. Le soir idem, chacun se quitte et vaque jusqu'au lendemain.  Néanmoins pour l'important, les conseils sont là et les déplacements en groupe se déroulent sans anicroche. 



L'ETAPE

Cette année mon attention est attirée par les étapes qui sont sous le signe de la manufacture française. En voilà un truc qui me plait. Malheureusement, je n'ai pas les jours dispo pour en faire plus .... je décide de me contenter et ...pour voir...en choisis deux (qui se suivent de préférence). Le  31 janvier et 01er février, parce que ce sont celles de visite de Dunlop a Montluçon, de Michelin à Clermont Ferrand, de Beringer et EMC dans le Rhone. Ma curiosité est a son paroxysme. Je veux voir comment sont fabriqués nos pneus et les autres éléments essentiels de la moto.



LES VISITES

DUNLOP
J'arrive bien trop tôt à Montluçon. Je me promène, fait le plein, et erre en attendant 10h00. Je serais quand même bien en avance sur l'horaire devant le portail de l'usine. 
Il y a déjà quelqu'un qui attend. Nous sommes rejoint par quelques autres motards, et nous apprenons que l'heure à été décalée à 08h00 pour la visite et qu'il n'y en aurait pas d'autre. J'aurais mieux fait de glander sur le net au lieu de me promener , j'aurai eu l'info de la veille. Enfin , ce sont les impondérables et aléas, qui donnent une dominance du  rythme aventureux sur celui réglé comme du papier à musique
Des gens de Dunlop viennent au contact en attendant le groupe originel devenu par la force des choses "non visiteur", puis nous conduisent, une fois réunis, à la cantine où nous sommes reçu comme des VIP.
Petits fours, viennoiseries, café .... Ce moment permet d'apprendre quelques bricoles sur la marque par les gens du site. 
A notre départ il nous est remis un petit sac avec quelques objets publicitaires fort sympathiques. 

Nous reprenons la route en direction de Clermont Ferrand. Inconsciemment nous formons deux longue files en quinconce.
C'est beau et quand même sympa de rouler en famille de temps en temps. Et surtout dans le serieux et la bonne humeur caractéristique des hivernales (pas de rupteurs ou autre). 
C'est cool !


Les estomacs, émoustillés par la collation de chez Dunlop nous réclament un complément alimentaire, par habitude. On s'arrete manger le midi. Y a des chose immuables !
Je commande une andouillette. Service, agréable et rapide pour le nombre que nous sommes. Nous ne prenons ni dessert , ni fromage. Pas le temps ! Bibendum nous attends. 


MICHELIN
Sur place je rajoute mes deux anakee sur le parking  qui commence à être encombré.
Devant le musée Michelin, pas loin, le stade Michelin.

Y a du lourd
L'accueil est comparable à la concurence.De quoi ravir nos papilles déjà en émoi par l'andouillette et l'onglet servi bleu.
 

Nous sommes accueilli par un responsable qui nous guidera lors de notre visite. Je ne suis pas trop adepte de rester enfermé dans un musée à la gloire d'une marque, mais il faut dire que celui-ci est interressant, que cette marque française de renommée mondiale, est aussi novatrice dans bien des domaine. Un peu de fierté que diantre !

J'aurai préféré voir la fabrication proprement dite, mais je pense retourner à ce musée de mon propre chef à l'occasion d'une sortie pour prendre plus de temps. 
Bref du coup on appprend qu'Ixon c'est pas à Macon mais à Nullé. Pas besoin d'être madame Irma pour le prédire : début de visite Michelin à 14h30, Ixon à 17h30 ....... Heureusement que j'organise pas mon voyage au cap nord avec ce timing, sinon, sur le papier, une semaine me suffirait. krrr krrr krr.

Nous prenons malgré tout la route en direction de Macon parce que certains r.d.v  y sont pris.
Sachant que nous n'irons pas chez Ixon, je préfère quitter le groupe après Thiers
pour le rejoindre le lendemain chez Beringer.

BERINGER
là aussi, nous sommes nombreux. L'usine qui developpe des système de freinage hautes performances est à taille humaine mais toujours à la recherche du meilleur. Ils conçoivent, adaptent, usinent et vendent. C'est impressionnant , même les poignées de freins sont usinées et sortent en une fois fini (pas besoin d'ébavurage) sur des CNC à partir de barres de 80mm dans divers aluminium (AU4G et autres). 
JE VEUX DU BERINGER POUR MA MOTO !

pour les autres détails je vous laisse aller sur leur site.
http://www.beringer-brakes.com/site.php
Bernger

C 'est reparti en direction de Villeurbanne. Je pars un peu avant pour faire le plein, j'ai prévu de les rejoindre au resto qui est parait-il à coté d'EMC. Sur place je ne les trouve pas. Un coup de portable à Michel (pôpa) et me voici avec un petit groupe fort sympathique à l'Entrecôte Blues à deux pas.

EMC
Nous serons chez EMC avec un léger retard. 
Une présentation que dis je , un cours magistral, sur l'amortisseur nous est diffusé. Son rôle essentiel, ses qualités, ses réglages... je ne retiens pas tout !
Là encore, il s'agit d'une petite entreprise conceptrice toujours à la recherche de l'amélioration de l'origne mais aussi à la création de systèmes. Les pièces sont aussi usinées sur place à l'aide de machine outils CNC. Les tolérances tenues peuvent etre de l'odre de 5 microns.  
JE VEUX DU EMC POUR MA MOTO

Leur site pour plus de détails : www.emc-suspensions.fr/

 
EMC

 
Merci à l'équipe de journalistes de moto journal. C'est très très bien pensé ces étapes (peut etre revoir la notion d'espace/temps  lol... ) chez les fabriquants, artisants, manufacturiers français. Lesquels nous accueillent avec convivialité en nous présentant avec passion et fierté  leurs produits de très haute qualité sans pour autant tomber dans le  publicitaire. 
 
Un tour complet ... je vois ça pour 2014 !


Coms





Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement