L' ECOSSE
du 15 a fin septembre 2012


Son drapeau, son accueil, et ses paysages.
 
 
 
L'Ecosse, il faut la mériter !
De Lyon il faut environs 1500 kilomètres pour arriver à sa frontière. Quand, après avoir traversé l'Angleterre et Londres, apparait le panneau Welcome to scotland, on se dit : YES !

Ce sera plus de 2500 kms de routes purement écossaises et au total + de 5500 kms, en 2 semaines.  

Les hébergements sont assez chers. Nous prendrons principalement des B&B entre 60 et 80£. Au fait, hein, c'est quoi des pounds ? Moi je connais les livres Sterling (£). J'apprend que le £ se dit pound en anglais (logique).  Inconsciemment, on pense € en lisant £. Au moment de faire des amplettes, il ne faut pas s'exalter. A ce jour, la nuité à 60/80£ devient 75/100€. Le petit déjeuner scottish ultra copieux est compris. Comparé à un hotel centre ville à 116£ sans le  parking ni le petit dej. Ce mode d'hébergement, confortable,  proche des centres touristiques,  est simple à dégotter. Ils sont indiqués "vacancies" quand ils sont libres. Dans tous, sommes reçu d'un accueil souriant, chaleureux et sincère. Moi qui "balbutie de l'oreille" pour comprendre l'anglais, avec mes notions de 4ème/3ème, j'arrivais a comprendre le sens des phrases quand prononcés par les écossais. Les mêmes m'étaient charabia coté Angleterre.


Coté météo, nous avons eu 15 jours de beau temps. Juste une averse le jour du retour à Dover et une tempête sur Islay qui nous détourne l'embarquement du bateau sur port Askaig.
La pluie, c 'est une "légende" !

Sans avoir froid, il faut avouer que le fond de l'air est frais et vivifiant. Surtout à Durness. Tient Durness puisque j'en parle. C'est dans ce coin là que j'ai eu les plus belles routes à chèvres moutons.
N'hésitez pas a regarder les diverses vidéos en plein écran ! 
Attention passé Evanton avant d'attaquer la A 836, faire le plein dès que possible. Durness qui semble ville sur la carte est en fait un village.
400 âmes au plus, une superrette qui gère la "station essence" . Un terrain de camping, un petit hotel, 2 ou 3 B&B. Ayez en permanence du liquide. Je n'ai vu qu'un distributeur DAB, et les b&b ne prennent souvent que des espèces. Nous trouverons chambre à http://www.wildorchidguesthouse.co.uk/.
La route pour Durness, c'est une voie de circulation, avec ses "passing place" pour permettre de se croiser. Il ne faut pas jouer les durs avec les poids lourds qui une fois lancés.. non, faut pas jouer !
Prendre garde  à l'effet d'optique. La route sinueuse et vallonnée peut déboucher sur un véhicule , un virage, un mouton, un vélo. Tous les automobilistes que nous croisons nous saluent de la main.
De Durness, nous redescendons en longeant la cote  par la A 838 jusqu'a Laxford puis Ullapool- Dundonnell-Gairloch-kinlochewe-glen Torridon.

Nous ferons une halte a Lochcarron Chez Mr Jean Davidson, ça ne s'invente pas pour des motards.

Nous passerons sur l'isle of Sky via le pont qui peut être fermé par grand vent.
Nous en ferons le tour. Old man of storr , kilt rock, Dunvegan--

Nous revenons par Dornie
puis Fort William. De là nous admirerons le Ben Nevis dont le sommet est enneigé puis ferons un tour jusqu'au fameux viaduc de Glenfinnan que beaucoup reconnaitrons sur la video ci-dessous (au moins les plus jeunes).

Pour nous rendre sur Islay l'embarquement se fait à Kennacraig. Après 2h00 de ferry, nous arriverons sous un temps ecossais à Port Askaig où nous logerons à l'hotel du même nom :
(http://www.portaskaig.co.uk/port-askaig-hotel.html)
Cette ile, je ne pouvais la rater pour ses fameuses distilleries.
Nous en verrons 7 sur 8
et en visiterons une, Ardbeg, choisie pour sa présence proche du port de retour.
Ma préférée pour la saveur étant Caol Ila à consommer avec modération. Chez Ardbeg, la visite sera assez onéreuse : 20£ par personne. Elle dure quasiment 2 heures. C'est en anglais et il me faudra beaucoup d'imagination pour comprendre. Cela finit par une généreuse dégustation dont je profite peu. Je reprend le guidon après ! Sérieux, je ne me laisse meme pas tenter pour redéguster le 1974.

Pour le retour, nous sommes en avance à l'embarcadère de Port Hellen. Heureusement car on nous annonce que notre bateau partira finalement de port Askaig a cause de la tempête. C'est bien de prevenir ! je repars pour 35 bornes de microroutes bringuebalé par de violentes rafales de vent. Nous arriverons juste à temps pour l'embarquement.

Mon pneu arrière donne des signes de faiblesse.  Je profite d'être à Glasgow pour trouver un concessionnaire, de peur de ne pas en trouver d autres ultérieurement,  et de me retrouver avec un pneu inefficace sous une pluie inattendue.
Je relève sur le net quelques adresses. Je me dirige sur http://www.atvxtreme.com/contact.html
. Il n'a pas d atelier mécanique mais examine ma liste et me désigne Stevie Brierton comme monteur de tyre. Il se met en 4 pour m'expliquer le trajet. Vu mon incomprehension, il téléphonera à un employé qui nous y accompagnera.
Stevie ( http://www.seektyre.co.uk/profile/stevie-brierton-motorcycles-glasgow.html )se trouve a 5 kms, en zone industrielle à Dalmarnock. Il n'a que des Michelin Anakee 2 qui seront parfaits et qu'il monte immédiatement.  Je les remercie encore pour leur accueil motard. Quant à la ville de Glasgow, elle est beaucoup plus  jeune qu'Edimbourg. Nous avons trouvé de quoi dormir à Alamo Guest House, pas loin du centre, au 46 gray street http://www.alamoguesthouse.com/ face à un parc arboré. De là nous avons visité une partie de la ville à pied. J'ai aimé le musée d'art Kelvingrove gratuit (comme les autres musée de Glasgow, il parait )
et l'impressionnant batiment ci-dessous qui habrite une université


La cathédrale, très ancienne est fermée à notre arrivée, nous ferons le tour de l'immense cimetière la jouxtant.
Celui-ci abrite d'anciennes tombes. Il est construit sur une colline verdoyante qui domine la ville. Un havre de paix où il fait bêtement bon s'y promener. L'atmosphère me fait penser au Père Lachaise. 
Fin de soirée, vous pourrez aller boire un coup a 5 minutes du Alamo Guest au Ben Nevis 1147 Argyle Street. http://thebennevis.co.uk/ . Non seulement il y a grand choix de whisky mais l'ambiance est bon enfant. Ce soir là, vers 21h00 débarquent des musicos qui s'installent à une table. L'un sort son intrument (une cornemuse en l'occurence) le second l'imite puis un 3eme au violon. La musique commence. Quelques uns ecoutent, d autres continuent leur discussion. D'autres musiciens arrivent, se rincent le museau et s'installent. Ils seront finalement 12. Il semble que chaque musicien ne connait pas forcement l'autre. Ils viennent se faire un boeuf. Nous sommes entrainés par cette musique qui comme une symphonie grandie, s'envole puis  explose. Les instrument s'ajoutant au fur à mesure attendant de voir quel air sera joué. Dans ce rythme endiablé, pas une fausse note. Chaque morceau instrumental fini en apothéose.   

La route du retour traversera Londres http://jicre.wifeo.com/londres.php , ; pour aller faire une halte chez Ann's House 63 London Road http://www.annshousecanterbury.co.uk/  dans la grouillante et ancienne ville de Canterbury.
Nous longerons ensuite la côte et visiterons, en attendant le bateau, le Dover Castle qui surplombe la ville.  

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement