L'hivernale a la française.
organisée par le Moto Club Meymacois
http://www.mc19meymac.com/

 
Cette concentration existe depuis les années 70. Quasi disparue pendant un temps, elle survécu
avec ses 300 participants via les reunions, sur le plateau des Millevaches, des Chevaliers de la route. 
Le MC Meymacois, dit THE RARE BIRDS, créé en 1998, décide en 2008 de la remettre au gout du jour. Dès 2009 il se retrouve avec 2000 participants. Depuis, ce nombre ne cesse d'augmenter.

Je suis  cette année le two hundred and forty five. A cause des congés d'été, j'ai perdu quelques places ...grrrr.

Je me joins au moto club ( MCP Les Chapeaux Deux Roues) avec lequel l'aventure sera de mise à coup sur.   On sait à quelle heure on à  rendez vous , on devine à quelle heure on part , on ne sait absolument pas à quelle heure on va arriver.
Jérome de L.B.M, un partant du vendredi se joindra à nous pour arriver tôt le samedi (MDR)

Je suis prêt , pneu neuf arriere k 60 snow, huile propre, batterie neuve pleine charge.
 
13h30 c est le depart.
Non l'heure de RDV. 
14h30 environ, on passe la première...
Nous sommes une bonne dizaine réparti entre sides et solos.

 
Une premiere halte pour regrouper le troupeau, la seconde sera pour le plein du 1100 XS.
C'est là, sur le parking de la grande surface, que deux dames d un certain âge, nous demandent sur le ton de la plaisanterie si nous pouvons les emmener avec nous. Ba heu non ! On va aux millevaches , et avec vous ça fera mille deux. 
...ça c est dit ! .....


 
72éme kilomètre :  première panne. Chacha et son BMW, roue bloquée (la circulation derrière aussi). On soulève le side pour le stationner. Il faut démonter. faute de cric , une bouteille de gaz fera l'affaire.
 

Pas grand chose, juste le moyeu qui a frotté et l'alu qui a grippé.
Un coup de burin (appelé tournevis dans le jargon motard) et de lime puis ça repart comme neuf.
 
 
Nous arriverons finalement à notre gite, 100 bornes plus loin, à la nuit tombée.

On ne se laisse pas abattre. Ce jambon fera pas long feu à l apero.


Thierry en Vogica Cagiva et ses potes en side  nous rejoignent. On peut se mettre à table.

Le proprio nous ouvre les portes du gite de 30 places. Nous sommes un tantinet plus nombreux que prévu à la réservation. 

Au petit matin, nous découvrons l'exterieur de notre hébergement.


 
Un petit coup de nettoyage avant le départ pour ne pas passer pour des porcasses. Une bonne douzaine de motards qui arrivent ruisselant et les bottes terreuses, laissent des traces.


 
Pour Meymac, c'est a peine 100 bornes, on devrait arriver avant la nuit ..quoique.

 
La  Bourboule
 
Un arrêt pour le plein du 1100 XS qui consomme comme une Bugatti Veyron, suivi d'un autre pour remplacer un cable d'embrayage du Transalp qui à cassé.
 

 
Avec tout ça, il est pas loin de midi passé. Nous nous arretons dans un petit bar face à la gare de Merlines. Les estomacs grognent et nous  pensons que nous allons devoir manger sous la pluie très bientot. Quitte ou double , nous demandons à la cafetiere s'il est possible de consommer sur place dans le bar nos victuailles personnelles. Exceptionnelle..., elle semble presque ravie de nous voir rester un moment, et dit avec le sourire  : " Pas de problème , rapporchez les table. Je vous apporte des couverts" .
 
Malheureusement cette mentalité est de plus en plus rare. Merci Madame !
Il semble neanmoins, vu les murs parsemés de résultats de l'equipe locale de rugby, que celle-ci soit habituée a la présence de joyeux drilles. Pas mesquins, nous prenons quelques consos.

Enfin nous arrivons repus a Meymac. Pas de doute c'est bien là

 


Nous récuperons nos pass, le millesime,les autocollants. Je ne peux m'empecher d'investir dans un Mug et un bel écusson.
 
Nous nous dirigeons ensuite vers le prés aux Millevaches. Les bêtes ne sont plus là, il ne reste que les bouses....on fera avec. Je me suis laissé dire que ce nom n'avait pas de rapport avec les vaches mais avec les sources...

Le terrain est détrempé par les dernieres pluies, pas de neige en ce 10 décembre,et une chaleur suffocante :  6°.
Nous installons notre campement dans un coin le plus "plat" possible.
Nos sides sont bourrés jusqu'a la gueule et contiennent de vrais trésors : Chapiteau, chaises, tables, camping gaz...trousses a outils ...comme d hab , ils ont pensé a tout. Moi j'ai un petit sac, contenant tente et duvet je me sent ridicule.
 
 
Les feux de bois sont allumés un peu partout. L'atmosphère fleure bon la chaumière d'antan. 
 

 
Nous ne sommes pas les derniers arrivés. 


La nuit tombe vite. L'humidité redouble.

 
Je suis etonné de voir autant de deux roues pour une hivernale.

Nous abandonnons notre tour des lieux pour le remettre au lendemain. Il fera jour !


 Il est tres tard (18h50) et le frichti est au chaud. Choucroute-saucisse en guise de légumes et tripes pour la viande,à gauche 

en bas à droite c est vin chaud.
 
On se rememore les points importants de la journée. Je reste de marbre.




Nous finirons la soirée sous le chapiteau du motoclub Meymacois à la rencontre d'autres motards.



Je fais partie des premiers a être dans le duvet. Je serai aussi le premier debout.
C'est tôt, tellement tôt qu'il fait nuit noire mais je ne peux refermer les yeux. Nous sommes dans un pays volcanique. Je ressents des grondements et les (good) vibrations provenant du sol. Fausse alerte, se sont les scieurs de long de la tente d'à coté ...je ne cite pas de nom... zzzz, zzz ,,ronpiche , ronpiche... C'est encore loin le matin ??? je reste debout et me promène sur le site. 


 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement