Italie 2015
La Ligurie et Les Cinque Terre
Ne pas confondre avec les sphincters !
1 Katoche 990 super D
1 Triumph Explorer

Septembre une bonne saison pour tirer au-delà des Alpes.
Les destriers sont prêts pour franchir les cols en serpentant sur les petites routes. 
L’Explorer fera la mule, et le Katoche l’abeille virevoltante.
        
Nous partons là bas de l’autre coté de la montagne. Direction le linge étendu sur les terrasses, là où le temps dure longtemps, au pays des chats, des tortues et des poissons rouges.
Le pays de la douceur de vivre, où la beauté des paysages arrête le temps.
Direction la Riviera, la Ligurie et les villages des Cinque Terre.
Ils se nomment  Monterosso  Vernazza  Corniglia  Manarola Riomaggiore ..

Nous passons par Modane faire les zouaves dans la maison qui fait vomir.
C’est la maison penchée. Ancien Blockhaus qui a été littéralement projeté à plusieurs dizaines de mètres après l’explosion de deux wagons bourrés d explosifs.
Pas besoin de faire jouer la garantie décennale puisque la  structure à parfaitement résisté. 
Il a juste changé de place sans une fissure.
Les tableaux ,  la déco et le verre de schnaps ont  été a peine chamboulés.
Quoique pour les tableaux, on s’est laissé dire que l’intérieur était plus austère.
Si vous avez l’occasion, allez visiter ce lieu qui fait se retourner Isaac Newton dans sa tombe .  
 

Nous monterons ensuite jusqu’à Val Fréjus pour passer notre première nuit.  
De la place à cette période, il y en a. Le lieu est presque désertique.
Le touriste d’été a regagné ses pénates et se rechauffe devant la cheminée du salon pendant que celui de l’hiver farte ses skis pour la saison qui approche.
C’est tellement désertique que les animaux de la foret n’hésitent pas à venir brouter
la verte pelouse.

 
Apres une bonne nuit de sommeil, nous repartons direction le sud.
Grand bien nous fasse car à 1600 mètres, les vêtements d'été laissent passer la fraicheur
du matin.
Nous approchons maintenant de Gênes légèrement sur les entournures.
C’est dans ce bitume que nous planterons nos béquilles pour deux nuits le temps de visiter.
Jolie et grande ville, 2 ième port de la méditerranée  et le 1er d’Italie. Ça fait pas rire !


 
Nous pensons visiter les Cinq Terre en posant nos motos à proximité de chaque village et ainsi nous y promener tranquillement,  voir nous héberger dans l’un d'eux et faire les autres en randonnée pédestre.


Cultures en restanque et en terrasse. Vigne, agrumes, aromates, oliviers....

 
Les vignes poussent sur des flancs de collines abruptes. Les viticulteurs ont pour travailler des engins dignent d'Europa Parc. 
Direction le village de Vernazza. La route  tortueuse, en travaux, barrée à  certains endroits nous mène à un cul de sac. Bien contents d’être en moto car nous avons à peine la place de poser nos roues. 6 voitures suffisent pour prendre les recoins de stationnement. On va essayer de trouver une chambre pour quelques jours. Il faut juste marcher un bon 20 minutes.  Pour y aller ça descend mais pour revenir … "Réfléchissement Jean-Pierre", on est pas des lapins de trois semaines … en revenant , ça remonte grave.
On va voir s'il y a un hotel, laissons les sacoches sur les motos ! 
On ne prend que la sacoche réservoir que l’on ne peut verrouiller. Elle contient toute notre vie..
Nous accédons enfin à ce village dont nous ne savons quoi penser. Très joli de prime  abord mais comble de l’horreur , bondé de monde. La gare régurgite son flot de touristes venus dont on ne sait où. Tout ce que l'on abhorre,  la foule comme un samedi dans nos centres commerciaux. On se regarde avec Anne. Ce n’est pas possible. On ne va pas se balader dans les rues avec cette foule. L'envie de faire un pas de plus s'estompe. Le village ainsi achalandé nous fait fuir. Demi tour et nous revoilà sur nos motos.
En sueur, mais libres !
Comme quoi, j’ai toujours prôné la recherche des hébergements  qu’une fois sur place, 
et pour cause !
 
Maintenant il faut trouver autre chose. Les autres villages sont du même acabit. Difficile d'acces et touristiques à souhait. Mais vous savez hô combien le motard possède une faculté d’adaptation surdéveloppée. Pourquoi seulement ces 5 villages seraient beaux, et les autres 20 kms plus loin, moches ?  Y a pas de raison. Longeons la cote et nous trouverons.
Nous traversons la Spezia. Trop grande ville pour nous.
Nous arrivons finalement à TELLARO. Parfait parce que la route s’arrête là . Premier Hotel, premier servi ! Parking privé fermé pour les motos. Idéal car l'étroitesse de la chaussée ne permet pas de se garer. 
Le tour du propriétaire nous fait decouvrir une plage privée. Pas un chat dans l’hôtel, bar extérieur,…y a plus qu'a ....doigt de pieds en éventail sur les transats, siroter un cocktail, et regarder le temps qui passe sous la douce chaleur de l’ombre des parasols …c’est ça le bonheur.

Des canoé sont à disposition
 Nous n’avons pas envie d’aller plus loin.  Nous visiterons notre village accroché à la montagne et entouré de pins . Moins connu mais qui mérite comme les autres. Des petites ruelles qui mènent soit les pieds dans l’eau, soit sur  des sentiers surplombant la mer, jouxtant des plages et de petites criques à  l’eau turquoise et translucide. Des points de vue, des vieilles pierres, des murs colorés éclairés par le soleil. Un chouette séjour.

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement