BALLADE ITINERANTE AU BENELUX


 
 

Nous sommes en 2005.
On se rencontre en famille avec Marc courant juin. Les discussions vont bon train. Vous faites quoi pour les vacances ?Nous n’avons rien de prévu ! Nous non plus !
Pourquoi ne pas partir ensemble cet été pour une semaine ? Le Benelux, ça vous tente ? La saison est bien avancée pour trouver une location . Nous nous décidons pour du camping itinérant. Le jour J , nous venant de Lyon, on se retrouve pour passer la nuit chez Marc le vendredi soir. Pas d’excès , le lendemain matin nous partons à l’aube. Eux sont à trois à bord d’une 307 , nous quatre dans le C2, laissant de coté le 1100 GSX E , et  Chacun se débrouille avec ses bagages. Les jeunes sont aussi grands que nous (voir +). Nous gérons la place : deux devant, deux derrière comme pour les éléphants dans une 2 cv. Dans le coffre nos bagages dont deux tentes à montage rapide placées verticalement le long de la banquette arrière, le matos de couchage + les vêtements, les affaires de toilettes etc. On tasse et ça rentre. Le coffre de la C2 est petit mais costaud comme le pimousse le système de hayon en deux parties aide au chargement.

Jour de départ la chance est avec nous le soleil brille. Nous ne sommes pas pressé et empruntons les nationales. Nous prenons la direction de TOURCOIN puis passons la frontière. Nous n’avons pas de tracé , ni de but défini.
Nous commençons par la Belgique.
Nous arrivons du coté de DEINZE au premier terrain de camping que nous trouvons. Il est 12h10. Celui-ci fermant à 12h00 et ouvrant à 14h00 la barrière est fermée. Le gérant nous regarde de travers depuis sa chaise longue près de sa caravane. L’air pas commode et dédaigneux. Nous sommes parti tôt , on voudrait se poser et ne pas rouler 100 bornes de plus pour trouver plus accueillant. On attend que le gars nous dise installez vous on fera les papiers après. Non, il ouvre a 14h01 , flute ma montre avance ! je la remet a l heure. Ça commence bien. Nous profitons de cette première étape pour nous promener dans GENT et BRUGGE.


Brugge est vraiment une très belle ville. A Gent , nous trouvons un accueil autrement plus sympa qu’au camping, à la Taverne du Troll.  Nous nous installons à une table du sous sol , sorte de cave voutée en brique. Dépaysement assuré. Le patron souriant, nous sert nos bières et comprend que nous somme french, nous sommes les bienvenus. En allant chercher la commande il nous envoie dans la sono, en signe de sympathie , du Amélie Poulain.
Nous passons deux nuits et repartons pour un terrain plus accueillant vers WILLEBROEK, qui nous permet d aller visiter ANTWERPEN et BRUXELLE. Nous nous arrêtons devant l
Atomium
et la statue géante du «?Mannequin pisse«?
Nous reprenons la route et traversons BREDA et DORDRECHT. Quelques tunnels et bacs

plus loin, nous arrivons au camping du Hitland à NIEUWERKERK. Le camping est vaste mais les caravaniers semblent plutôt être là en résidence secondaire. Le dialogue est difficile avec notre sens des langues étrangères. Nous ne sommes pas très bien placé , les containers à ordures sont a proximité. Un avantage les sanitaires sont proches mais comme le camping est peu peuplé il n y pas de gêne . Nous ne choisissons pas les campings. nous n avons ni guide Duchemin, ni GPS pour en trouver d autres. On ne possède qu’une carte routière ordinaire 1: 300 000 éme. Pour repérer les campings , nous roulons et quand le soir approche, nous nous repérons au premier panonceau avec le pictogramme du tipi . Nous restons ! Un point positif le camping possède un pub pour se désaltérer le soir. Ambiance cool pour les fins de soirée. Nous allons visiter KINDERDIJK
et ses moulins a vent. En filant sur ROTTERDAM nous arrêtons a Alblasserdam et enfournons quelques Kalfskroket, Rasfrites et autres lihanboutje, schnitzel, loempia. Puis ce fut le tour de DEN HAAG (LA HAYE) siège du gouvernement. Cette dernière est une ville sympathique près de la mer du nord. Nous longeons la plage et trouvons quelques panneaux signalant la présence aléatoire d’ Otaries. Nous hésitons a voir ce parc Madurodam, car les maquettes ne sont pas notre passion. Peut être que de jeunes enfants… nous prenons malgré cela nos places. La visite de ce site nous ravi, les reproduction de villes et bâtiments en miniatures sont parfaites et diversifiées. Quant à Kinderdijk
ce n’est pas une surprise. Tout le monde connait les renommés moulins a vent emblèmes de la Hollande. ceux-ci servent à assécher les polder (parties inférieures au niveau de la mer). Malheureusement nous ne verrons aucune tulipe en fleur (je pense y retourner un jour pendant la période de floraison). L’étape d après nous amène au camping d HEILOO. Un très bon accueil, des sanitaires ou l’on pourrait manger par terre, un restau, un snack , etc. Et calme. Quelques canards viennent nous rendre visite au petit matin. Cet emplacement stratégique nous permet de nous rendre sur des sites tels que la DIGUE du Nord

ou  VOLENDAM


Nous réservons une journée pour AMSTERDAM. Ayant peur d avoir des problème de stationnement , nous choisissons de nous y rendre en train. La gare n’est pas loin à pied. Le mythe est là. Des parkings a l entrée de la ville avec des mi «llier «llion» de bicyclettes. Elle est comme on l imagine. Des canaux, des ponts

, des rues piétonnes qui fleurent les produits étonnants, voir stupéfiants. Des vitrines avec des dames courte vêtues. Des musées. La queue devant la maison d ANNE FRANK nous dissuade la visite. Nous n’avons pas envie d’être enfermé parmis tout ce monde. Y a tellement a découvrir a l’ extérieur.

Le camping d après sera près de EDE . Jamais vu une entrée pareil pour un camping. On s attend plutôt a voir stationner des Aston Martin

Le terrain est immense et peu peuplé. Le gars nous indique de choisir notre emplacement. Nous voulons être tranquille et nous installons le plus loin possible de l entrée dans un coin isolé pour être tranquille. Un scout ou un castor junior aurait réfléchi. Pas nous ! Les nuit sont fraiches aux pays bas. T comme la journée quelques fois arrosées. Au petit matin , les tentes sont les pieds dans l’eau. Nous constatons que nos tentes rapides sont étanches. Celle de Marc un peu moins. Il s agit d’un ancien modèle style canadienne. Et lui est le plus dans le creux. Nous voila obligé de déménager et de faire sécher. Pas facile sous un crachin. Cela ne nous empêche pas la promenade au parc Hoge Veluwe, au Palais de HET LOO. Nous faisons également le tour de la ville d’ ARNHEM où nous empruntons le «?fameux?» pont de l'opération Market Garden.  
Celui du film «?un pont trop loin?»
Les vacances arrivent a leurs fins. Nous sommes resté quinze jours au lieu d une semaine. Nous avons eu chaque jours notre crachin quoditien. Mais que de souvenirs et parties de rigolade. Nous nous séparons là ! Marc repart directement vers Paris et nous vers Lyon en faisant une halte pour visiter le ville de MAASTRICHT. De beaux bâtiments mais je n’y passerais pas mes vacances.
 À voir en passant
.

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement